Au parc de Moine, le printemps pointe son bout de nez

Écrit par sur 17 mars 2024

Situé à deux pas du centre ville de Cholet (département Maine et Loire), le parc de Moine retient son souffle, à quelques jours du début de Printemps prévu le jeudi 20 mars. Le parc est un lieu incontournable. Inévitable. Un endroit que les Choletais et les touristes raffolent. Il ne passe point inaperçu. Cet écrin de verdure de 71800 mètres carrés est un véritable poumon de la ville. En ce dimanche qui annonce la fin de l’Hiver et le début du Printemps, le parc de Moine, qui tire son nom de la rivière, qui le traverse, se prépare – timidement mais sûrement – à accueillir la nouvelle saison avec son paysage resplendissant de fleurs.

En ce jour de repos, le parc est régulièrement fréquenté. Les balades dominicales y sont nombreuses. C’est monnaie courante. Cela va sans dire. Le parc ne désemplit point. S’y croisent les joggeurs, les amoureux de la Nature et les promeneurs du dimanche. Les gens déambulent dans les allées. Chacun a son rythme. Comme enivrés par la magie idyllique de ce lieu, les pas sont lents – et presque silencieux – pour mieux s’imprégner de la douceur magistrale des merveilles naturelles du parc qui sont soigneusement entretenues. En cette fin de saison hivernale, on y découvre et profite les premières fleurs de la nouvelle saison qui piaffe d’impatience. Des pétales de fleurs naissantes qui pointent bigrement leurs bouts de nez, sous le regard carnassier et jaloux des arbres peuplant le parc encore dépouillés de leurs feuilles, et boursouflés de leurs caprices printanières.

L’Hiver déchante et perd ses superbes pour laisser la place au Printemps qui chante. Et qui dansera chaleureusement sous le soleil d’aplomb. Ainsi va et vient, et compose la loi de la Nature, seule et unique maîtresse des lieux. Ici, la Nature dicte et donne le tempo. L’atmosphère offre un spectacle précoce de floraison. C’est sans doute les conséquences néfastes du dérèglement climatique. Néanmoins, une balade sous les cerisiers en fleurs est irrésistible. C’est égoïste. De timides rayons de soleil hivernal perçant et faufilant à travers les feuilles d’arbres se joignent gracieusement à cet instant de volupté.

Une réelle jubilation. Une entrée en scène qui resplendit merveilleusement ce décor splendide. Seul ombre sur le décor, à ce moment-là, le souffle impétueux – et fougueux – d’un léger vent froid qui a du culot de venir perturber cet instant de communion. Le parc de Moine est manifestement un lieu sublime. Il respire la vie. Il inspire l’exaltation. Il incarne les bienfaits et les délices de la Nature. Et de la vie. A quelques jours du Printemps, le parc de Moine expire les affres de l’Hiver et semble prêt aux heureux et doux auspices du Printemps radieux. Qui fleurit. Qui pétille. Et qui rayonne. Décidément, le Printemps pointe majestueusement son bout de nez.

C’est l’objet de ma prédilection, déambulant dans cet immense et fabuleux parc, mon regard est attiré par des pétales de fleurs naissantes pointant leurs bouts vers le ciel. C’est peut-être le signe d’une nouvelle saison florissante. Excité comme un gamin, je n’ai point résisté à l’envie d’immortaliser cet instant magique, en me rappelant la belle citation de Khalil Gibran : « Les fleurs du printemps sont les rêves de l’hiver racontés, le matin, à la table des anges. ». Tout un art.

Accroupi, je capture avec minutie ces jolis pétales de fleurs pointant leurs bouts de nez. Capter cet instant de pur bonheur donne la sensation vibrante du Printemps avant l’heure. Un moment d’évasion qui remonte le moral. Se promener dans le parc de Moine – au milieu de ses merveilles – fait vachement du bien. Vive le Printemps !


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Continuer la lecture

ylang radio

Station Mobile

En ce moment

Titre

Artiste