Le vandalisme se banalise et se répand sur le territoire

Écrit par sur 12 mai 2024

Le vandalisme sévit. Cette forme de délinquance est visiblement en vogue sur le territoire. Et ce fléau prend de l’ampleur. Surtout la nuit. Des dégradations fielleuses et malveillantes des biens notamment des véhicules d’autrui et cela sans motif légitime. Des actes désobligeants. Et gratuits. Le vandalisme s’installe. Et s’essaime visiblement. Tel un effet de mimétisme : en quelques jours plusieurs véhicules ont été dégradés sur le territoire. Au Sud, le paisible village de Bouéni s’est réveillé avec consternation : une quinzaine de véhicules vandalisés dans la nuit de jeudi à vendredi. Au Nord, hier soir, la quiétude du village d’Acoua a été insidieusement perturbée. Le village a subi le même sort.

Des véhicules stationnés le long de la voie menant de la place publique au Carrefour Adobé et BonSoleil ont été dégradés et endommagés durant la nuit. Des pneus crevés et des parebrises détériorées par un groupe d’individus manifestement bien déterminés. La foudre de vandalisme s’y est abattue. L’ivresse de vandalisme a frappé. De nombreux habitants de la principale artère du village en ont fait les frais des vandales. Un réveil douloureux. Le désarroi et l’exaspération se lisent sur les visages des habitants abasourdis et désemparés.

Les auteurs de ces actes désobligeants et malveillants s’en sont donnés à cœur joie. Les humeurs ne sont guère celles de beaux jours, surtout quand on fait le parallèle aux possibles caillages et agressions physiques subis dans la journée sur le chemin du travail. Un sentiment d’impuissance et de désolation s’accentue.

En l’espace de quelques jours, le vandalisme a vite marqué les esprits. Une situation désespérante et affligeante pour les habitants qui n’ont, hélas, d’autres choix que de parquer leurs véhicules, leurs biens précieux et leurs outils de mobilité et de travail, aux abords des voies publiques de jour comme de nuit. Un désarroi de plus qui vient se greffer à l’angoissant et insupportable sentiment d’insécurité.

Kaya M., directeur de publication


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Continuer la lecture

ylang radio

Station Mobile

En ce moment

Titre

Artiste